uu.seUppsala University Publications
Change search
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf
L’imparfait contrefactuel de « mise en relief expressive » dans les constructions conditionnelles en si : aspects variationnels et perspectives romanes
Uppsala University, Disciplinary Domain of Humanities and Social Sciences, Faculty of Languages, Department of Modern Languages, Romance Languages.ORCID iD: 0000-0002-6504-7622
2017 (French)Conference paper, Oral presentation with published abstract (Refereed)
Abstract [fr]

Il existe, en français, cinq constructions conditionnelles en si, peu étudiées, où l’emploi contrefactuel de l’imparfait de l’indicatif (Si j’avais craqué une allumette, la maison sautait ≈ ‘aurait sauté’) est marqué, et a, comme nous l’avons montré ailleurs (Kronning 2016ab), une fonction de « mise en relief » qui résulte de la sous-jacence, inférée contextuellement, de la « contrefactualité fermée » à la « contrefactualité non fermée » exprimée par l’imparfait. Cette fonction, que les grammairiens du XIXe et de la première moitié du XXe siècle ont qualifiée d’« expressive », explique que ces constructions servent typiquement d’« issue contrefactuelle » à une situation antécédente déjà saillante (Berthonneau & Kleiber 2006) ou d’« évaluation » d’un épisode (Bres 2006). Or, la mise en relief expressive ne s’assimile ni à la rhématisation ni à la focalisation ; ce qui est mise en relief n’est pas de nature prédicative ou informationnelle, mais de nature affective, émotionnelle, i. e. expressive au sens de Bally (1926). Plus précisément, l’émotivité mise en relief est typiquement associée à la valeur axiologique (von Wright 1963) – le plus souvent négative (la maison sautait) – de la proposition à l’imparfait contrefactuel.

Dans cette communication, nous examinerons la variation diaphasique des cinq constructions renfermant cet emploi marqué de l’imparfait à la lumière des genres et séquences discursives (autrement dites « traditions discursives »), entendues comme des « types de pratiques socio-discursives » (cf. Adam 1999) qui s’inscrivent sur le continuum entre communication de « proximité » et de « distance » (Koch & Oesterreicher 2007, 2013, cf. Kabatek, à par.). Tout en discutant une éventuelle orientation diaphasique inhérente à cet emploi « expressif » de l’imparfait, nous montrerons que la variation diaphasique est largement tributaire des constructions. De façon générale, ces constructions ne sont pas, comme on le pense souvent (cf. Sandfeld 1965), réservées au discours conversationnel familier, représentant la « proximité communicative », mais figurent aussi dans le discours littéraire, historique et scientifique, relevant de la « distance communicative ».

Dans une perspective comparative romane, nous montrerons qu’une des cinq constructions françaises (Si tu avançais, je frappais), amplement illustrées dans la littérature linguistique et grammaticale par des exemples fabriqués ou mal interprétés (Martinon 1927, Pedersen et al. 1980, Barcelò & Bres 2006) a un statut fort marginal en français, alors que les constructions correspondantes de l’italien (Se lo sapevo, te lo dicevo, Bertinetto 1986) et de l’espagnol (Se lo pedía, me lo daba, RAE 2009), considérées comme fréquentes dans la langue parlée, surtout substandard, sont presque exclusivement traitées du point de vue normatif. Nous plaiderons, exemples à l’appui, pour une étude approfondie de ces constructions et leurs variantes, afin d’examiner si elles ont, comme en français, des propriétés « expressives » de mise en relief et éventuellement un plus large empan diaphasique qu’on ne le dit.

Place, publisher, year, edition, pages
2017.
Keywords [en]
Conditionality, Counterfactuality, Imparfait, Expressivity, Axiology, Register variation, Communicative proximity and distance, Construction grammar, French, Italian, Spanish
Keywords [fr]
Conditionnalité, Contrefactualité, Imparfait, Expressivité, Variation diaphasique, Axiologie, Proximité et distance communicatives, Grammaire des constructions, Français, Italien, Espagnol
National Category
Languages and Literature
Research subject
Romance Languages
Identifiers
URN: urn:nbn:se:uu:diva-328335OAI: oai:DiVA.org:uu-328335DiVA, id: diva2:1134947
Conference
20th Nordic Romanist Conference (ROM17), University of Bergen, August 15-18, 2017
Available from: 2017-08-21 Created: 2017-08-21 Last updated: 2017-08-22

Open Access in DiVA

No full text in DiVA

Search in DiVA

By author/editor
Kronning, Hans
By organisation
Romance Languages
Languages and Literature

Search outside of DiVA

GoogleGoogle Scholar

urn-nbn

Altmetric score

urn-nbn
Total: 422 hits
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf