uu.seUppsala University Publications
Change search
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf
La quantification de la proximité factuelle dans les constructions conditionnelles potentielles et contrefactuelles
Uppsala University, Disciplinary Domain of Humanities and Social Sciences, Faculty of Languages, Department of Modern Languages, Romance Languages.ORCID iD: 0000-0002-6540-7622
2018 (French)Conference paper, Oral presentation with published abstract (Refereed)
Abstract [fr]

Inspiré des travaux de Berthonneau & Kleiber (2003, 2006) et de Bres (2006, 2009) sur l’emploi de l’imparfait contrefactuel « expressif » après les protases nominales (Un instant après, le train déraillait ≈ ‘aurait déraillé’), Kronning (2017) a « effectué une étude préliminaire, susceptible d’être complétée et précisée » d’une dimension précédemment non identifiée des constructions conditionnelles prédictives (« hypothétiques »), tant potentielles que contrefactuelles, et indépendamment de la forme syntaxique (protase propositionnelle ou non, cf. Corminboeuf 2009) de ces constructions et du temps verbal employé dans l’apodose : la possibilité de quantifier la proximité factuelle.

 

Du point de vue sémantique, nous avons distingué quatre catégories de quantifieurs qui ont des propriétés différentes. La distinction la plus importante est celle entre la quantification processuelle – « scalaire » (/Si tu dis (+ disait)/ un mot de plus, je te tue (+ tuais) ou « non scalaire extrinsèque » (S’il avait attendu un moment, …) et « non scalaire intrinsèque » (Si nous avions bougé, …) – et la quantification intervallaire (/Si j’étais partie/ un peu plus tard, cela n’arrivait pas).

 

Si les locuteurs ressentent souvent, de manière significative, le besoin d’avoir recours à la quantification de la proximité factuelle, c’est que la proximité factuelle du procès potentiel ou contrefactuel exprimé par la protase (p) rend encore plus digne d’attention la réalisation (dans le cas du potentiel) ou la non-réalisation (dans le cas du contrefactuel) du procès dénoté par l’apodose (q), lequel est axiologiquement marqué (cf. von Wright 1963), ou, est axiologisé par la quantification opérée.

 

Cette fonction des quantifieurs de proximité factuelle nous fait émettre l’hypothèse, reposant sur des données empiriques chiffrées, selon laquelle il y a une relation quantitative positive entre les quantifieurs de proximité factuelle dans la protase et l’emploi du présent potentiel, dans les « menaces conditionnelles de proximité » (cf. Koch & Oesterreicher 2011), et de l’imparfait contrefactuel « expressif » qui, tous les deux, mettent en valeur la nature axiologiquement marquée (typiquement négative) de l’apodose.

 

Dans cette communication, nous avons apporté des précisions par rapport à Kronning (2017). Nous avons notamment montré que la quantification intervallaire n’est pas « cantonnées dans le seul domaine cognitif de la temporalité », mais qu’elle peut aussi s’inscrire dans celui de la spatialité (Il évita la lame de justesse. Un centimètre plus à gauche et il la prenait en plein ventre). Nous avons également montré que, contrairement à ce qu’affirment Berthonneau & Kleiber (2006 : 43), l’insertion d’un et est possible après les syntagmes nominaux du type une minute plus tôt ou un instant après suivis de l’imparfait contrefactuel « expressif » (Une minute plus tôt / un instant après et le train déraillait ‘aurait déraillé’), ce qui fournit un argument contre les analyses qui font de ces syntagmes nominaux des circonstants qui déterminent le prédicat verbal de l’apodose et non des protases nominales.

 

Pour finir, nous nous sommes demandé si on peut définir les limites de la quantification de la proximité factuelle en essayant de repérer des quantifieurs de l’ « éloignement factuel » et de la « distance factuelle » (relation proportionnelle neutre).

Place, publisher, year, edition, pages
2018.
Keywords [en]
Conditionals, Quantifiers of factual proximity, Potentiality, Counterfactuality, Tense, Axiological value
Keywords [fr]
constructions conditionnelles, quantifieurs de proximité factuelle, potentialité, contrefactualité, temps verbaux, valeur axiologique
National Category
Specific Languages General Language Studies and Linguistics
Research subject
Romance Languages
Identifiers
URN: urn:nbn:se:uu:diva-353046OAI: oai:DiVA.org:uu-353046DiVA, id: diva2:1215845
Conference
Chronos 13, International Conference on tense, aspect, modality and evidentiality, Neuchâtel, 4-6 June 2018
Available from: 2018-06-09 Created: 2018-06-09 Last updated: 2018-06-13

Open Access in DiVA

No full text in DiVA

Search in DiVA

By author/editor
Kronning, Hans
By organisation
Romance Languages
Specific LanguagesGeneral Language Studies and Linguistics

Search outside of DiVA

GoogleGoogle Scholar

urn-nbn

Altmetric score

urn-nbn
Total: 147 hits
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf